« Le livre religieux est un outil indispensable à la formation et l’éducation des croyants »

En marge de la célébration, le 7 novembre, de la Journée internationale de l’écrivain africain, La Croix Africa se penche sur les enjeux du livre religieux aujourd’hui en Afrique. Entretien avec le pasteur Nicodème Ibiladé Alagbada, docteur en théologie biblique et directeur général des Éditions CLÉ. La Croix Africa : Quels enjeux le livre religieux présente-t-il aujourd’hui […]

En marge de la célébration, le 7 novembre, de la Journée internationale de l’écrivain africain, La Croix Africa se penche sur les enjeux du livre religieux aujourd’hui en Afrique.

Entretien avec le pasteur Nicodème Ibiladé Alagbada, docteur en théologie biblique et directeur général des Éditions CLÉ.

La Croix Africa : Quels enjeux le livre religieux présente-t-il aujourd’hui en Afrique selon vous ?
Pasteur Nicodème Ibiladé Alagbada : Il ne fait aucun doute que le livre religieux présente aujourd’hui de grands intérêts en Afrique dans un monde en mutation. Le livre religieux en Afrique, en dehors des textes sacrés, permet de transmettre au lecteur le savoir concocté par l’auteur à base de ses recherches documentaires ou de ses expériences personnelles. La transmission de la pensée théologique et religieuse par les Africains à l’endroit d’Africains et dans le contexte africain est ainsi rendue possible par la production et la diffusion du livre religieux sur le continent. Dans le cadre de la foi chrétienne, en plus de la Bible rendue accessible à tous les croyants, les commentaires bibliques, manuels théologiques et livrets de catéchisme sont d’un intérêt capital pour les institutions théologiques en Afrique et pour la mission de l’Église dans la société. Promouvoir le livre religieux signifie également lutter contre l’ignorance et la pauvreté morale et spirituelle dans le cadre d’une bataille théologique d’intérêt général qui ne concerne pas seulement les spécialistes mais aussi tous ceux qui prient et travaillent à l’unité de l’Église et à la construction d’un monde plus juste, plus ouvert à la Parole créatrice et plus solidaire.

A lire : Au Togo, l’apport de l’Église au développement de l’industrie du livre

Quels sont les défis du livre religieux aujourd’hui sur le continent ?
Pasteur Nicodème Ibiladé Alagbada : Avec l’émergence de plus en plus visible des institutions de théologie dont le livre religieux constitue un outil majeur, nous pouvons affirmer que le livre religieux est assez vulgarisé. Toutefois, nous constatons qu’il n’est pas encore assez vendu, raison pour laquelle des subventions sont indispensables pour réduire son coût de revient sur le marché. Il y a aussi le défi de la qualité qu’il convient de relever aujourd’hui. Quand les thèmes spirituels et religieux développés dans ces livres ne participent pas à l’affermissement de la foi et au renforcement de la connaissance générale sur le plan socio-culturel et religieux, il est fort possible que ces livres soient ignorés par les lecteurs. L’éditeur aujourd’hui doit alors tenir compte de ces facteurs dans la production et la diffusion d’un livre religieux.

Que faire aujourd’hui pour stimuler les Africains à la lecture en général et à la lecture des livres religieux en particulier ?
Pasteur Nicodème Ibiladé Alagbada : Malgré l’effort de production et de diffusion des ouvrages scolaires et manuels didactiques sur notre continent, il est de notoriété que les Africains n’ont pas la culture de la lecture en général. Stimuler les Africains en général et les jeunes en particulier à la lecture est un grand défi à relever aujourd’hui encore. À cet effet, la réduction du taux d’analphabètes chez les adultes doit être poursuivie et les religieux doivent encourager l’accès des enfants à l’école.
Dans le cadre de la politique nationale du livre, en plus de la réduction des prix des livres religieux par des subventions afin de les rendre accessibles à tous, il faudra approvisionner, constamment et de manière durable, de matériaux adaptés aux besoins des lecteurs. Nous proposons également la création de bibliothèques communautaires au profit des lecteurs. Avec les pouvoirs publics et religieux, des fonds sous forme de subventions peuvent être levés pour la création de ces bibliothèques dans les foyers culturels et pour le renforcement de la chaîne du livre.

Recueilli par Juste Hlannon (à Cotonou)