Au terme d’une dernière messe qui a réuni des milliers de personnes, mercredi 21 juillet, le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque émérite de Kinshasa, a été inhumé à la cathédrale Notre-Dame-du-Congo à Kinshasa.

C’est dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame-du-Congo que repose désormais le cardinal Laurent Monsengwo, archevêque émérite de Kinshasa décédé le 11 juillet. Il y a rejoint ces deux prédécesseurs, les cardinaux Joseph-Albert Malula et Frédéric Etsou Nzabi Bamungwabi. L’inhumation s’est faite en cercle restreint, en présence de Félix Tshisekedi, président de la RD-Congo, de Denis Sassou-Nguesso, président du Congo-Brazzaville et de cinq cardinaux africains qui ont effectué le déplacement : John Onaiyekan, archevêque émérite d’Abuja (Nigeria), Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou (Burkina Faso) et président de Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar – (Sceam), Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui (République centrafricaine), et Antoine Kabanda, archevêque de Kigali (Rwanda). A lire :RD-Congo : Hommage national au cardinal Monsengwo

Messe de suffrage

Auparavant, une messe de suffrage a été présidée par le cardinal Philippe Ouédraogo, archevêque de Ouagadougou et président de Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam), une structure qu’a dirigé le défunt de 1997 à 2003. L’homélie a été assurée par le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui. Celui-ci, après un hommage appuyé à l’archevêque émérite de Kinshasa, s’est livré à un plaidoyer pour l’engagement sociopolitique de l’Église. « Beaucoup s’interrogent sur le sens et la pertinence des interventions de l’Église sur les questions sociales et politiques, a-t-il fait remarquer. L’enracinement de l’engagement de l’Église se trouve en Jésus-Christ dont la Parole est intégrale ». A lire : Homélie du cardinal Nzapalainga pour la célébration des obsèques de son Éminence Laurent Cardinal Monsengwo Pasinya

L’archevêque de Bangui, également connu pour son engagement sociopolitique dans son pays, a insisté sur la mission des « hommes de Dieu et disciples du Seigneur » : « le témoignage du cardinal Monsengwo nous rappelle qu’il faut annoncer la Parole de Dieu à temps et à contretemps, quelles que soient les péripéties et les mésaventures, parce qu’elle est Parole de salut ».

Absoute et inhumation

Enfin, le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, a pris la parole pour remercier toutes les personnes qui se sont impliquées pour l’organisation des funérailles du patriarche. La suite du rite funéraire s’est déroulée en cercle restreint. L’absoute a été prononcée par l’archevêque de Kigali, le cardinal Antoine Kabanda, avant l’inhumation dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame-du-Congo. A lire aussi: Pourquoi enterre-t-on les évêques dans leur cathédrale ?

Lucie Sarr