Gottfried Locher, ancien président de l’Eglise évangélique réformée de Suisse (EERS) a porté atteinte à l’intégrité sexuelle, spirituelle et psychologique d’une collaboratrice. Telles sont les conclusions d’une commission d’enquête de l’EERS, dévoilées le 4 août. L’institution porte par ailleurs une part de responsabilité dans les comportements incriminés, estime la commission. Marie-Claude Ischer, sa présidente a dénoncé une attitude abusive de la part de Gottfried Locher. Elle a en outre déploré la non-collaboration de ce dernier dans la crise.

Gottfried Locher, président de l’EERS depuis 2011 avait démissionné de ses fonctions en mai 2020. Quelques jours plus tôt, douze théologien publiaient une lettre ouverte dénonçant  son comportement dans une affaire de «violations de frontières».

Obtenir une juste reconnaissance sociale, financière et personnelle

Rita Famos, nouvelle présidente de l’Eglise réformée, élue en novembre 2020 a assuré que les plaintes devaient être prises au sérieux et traitées de manière professionnelle, à tous les échelons de l’Eglise, rapporte Le Temps. Elle a présenté ses excuses auprès de la plaignante. Cette plaignante doit désormais obtenir une juste reconnaissance sociale, financière et personnelle, estime Marie-Claude Ischer. 

La commission d’enquête a proposé au synode de l’EERS dix-sept recommandations sur les plans déontologiques, juridiques, institutionnels, financiers et éthiques. «Il en va du bien des collaborateurs et de la réputation de l’institution», assure Marie-Claude Ischer.

The post Suisse : Une enquête de l’Église réformée confirme les abus de Gottfried Locher appeared first on Evangeliques.info.