À Abidjan, un designer catholique s’engage dans la lutte contre le coronavirus


Arthur Bella N’guessan, créateur de vêtements, a confectionné et distribué gratuitement à Abidjan des milliers de masques de protection contre le coronavirus. Pour ce jeune catholique engagé, cela a été possible par la grâce de Dieu et le concours de bonnes volontés.

« J’ai reçu des tonnes de bénédictions d’ici et d’ailleurs, témoigne Arthur Bella N’guessan, créateur de mode, fondateur de ABN Ethnik, une marque de vêtements qu’il a lancée il y a deux ans en Côte d’Ivoire. J’ai réussi à confectionner et offrir 10 250 masques au 8 mai. Je rends grâce à Dieu qui a su me mettre cette initiative à l’esprit et guider vers moi des âmes généreuses ».

Pendant un mois, à Abidjan, épicentre de l’épidémie du Covid-19 en Côte d’Ivoire, ce jeune catholique s’est engagé dans la lutte contre la pandémie en offrant des masques qu’il a confectionnés dans son atelier. « Nous n’avons pas voulu rester en marge des efforts de lutte contre la pandémie, explique-t-il. Après plusieurs jours de recherches, mon équipe et moi avons trouvé du tissu polaire associé au pagne et au tissu de chemise afin d’apporter une meilleure protection à ceux qui les portent ».

Personnes de bonnes volontés

Quand il commence à faire ses cache-nez qu’il distribue d’abord à ses voisins, amis et clients, Arthur va bénéficier de l’aide de personnes séduites par son initiative. « Des personnes de bonne volonté nous sont venues en aide en envoyant pour certains du matériel, pour d’autres de la nourriture et des dons en numéraire, assure-t-il. Il y en a également qui se sont constitués en bénévoles en nous aidant à l’atelier et dans la distribution des masques. » Des chauffeurs de transports en commun, des ménagères, entrepreneurs, etc.ont ainsi reçu gratuitement des masques.

Alors que le nombre de cas positifs augmente en Côte d’Ivoire et que les mesures sanitaires ont été allégées, le designer estime qu’il faut poursuivre cette œuvre de charité. « Si des opérateurs économiques et des bonnes volontés veulent bien accompagner l’action, ce serait bien, estime-t-il. Je mets mon équipe à disposition. Nous avons la capacité de produire 1 000 masques par jour. »

Asalfo, Drogba…

Marié et père de deux enfants, Arthur Bella N’guessan est issu d’une famille catholique qui lui a transmis la foi. Ancien pensionnaire du moyen séminaire de Yopougon, il a représenté pendant 4 ans le prédicateur canadien Pierre Lacroix en Afrique.

Délégué médical de formation, il a exercé la profession pendant 5 ans avant de se reconvertir dans la gestion de patrimoine agricole puis comme créateur de la marque ABN, les initiales de son nom. « L’idée de la création de l’entreprise s’est imposée à moi alors que j’étais dans un club service où j’ai eu le privilège d’être président de la commission Art, culture et design, confie Arthur N’guessan. C’est dans ce cadre que j’ai proposé un modèle de tee-shirts ethnik dénommé intégration qui a connu beaucoup de succès. »

A lire : À Yopougon, « le couturier des prêtres » célèbre son jubilé d’or

La première collection séduit, les commandes se multiplient en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’ouest. D’autant plus que des stars comme le footballeur Didier Drogba, et Asalfo, le leader vocal du mythique groupe ivoirien Magic système se font ambassadeurs de la marque en portant les tee-shirts ABN. « De 20 tee-shirts, je suis passé à une production industrielle minimale de 200 pièces et des représentations dans quelques pays de la sous-région, explique-t-il. Mon rêve actuel, c’est d’avoir une unité de transformation et de produire du textile jusqu’à l’export. »

Guy Aimé Eblotié, à Abidjan