Le 16 mai s’est tenue à la paroisse Saint Martin d’Akpakpa à Cotonou, la célébration, au niveau diocésain, de la 55e Journée mondiale des communications sociales. Une occasion de réflexions, d’échanges et de prières pour les journalistes et professionnels des médias catholiques du diocèse de Cotonou.

À Cotonou, la 55e Journée mondiale des communications sociales a réuni, dimanche 16 mai, une cinquantaine de journalistes et professionnels des médias ainsi que d’autres acteurs diocésains à la paroisse Saint Martin d’Akpakpa. « Cette journée a rassemblé les professionnels des médias et des membres des coordinations diocésaines de chorales et groupes de prières » explique le père Hubert Kèdowidé, directeur diocésain de la communication avant de justifier l’approche : « Nous voulons que le message délivré par le Saint-Père à l’occasion de la célébration de cette journée aille jusqu’à la base ».

Ce fut également, pour les participants, l’occasion de se pencher sur l’avant-projet de création d’une télévision catholique au Bénin, une initiative du diocèse de Cotonou.

« La télévision catholique, une aspiration commune du peuple de Dieu au Bénin »

« Quelles sont les implications de ce désir, cette aspiration commune à l’ensemble du peuple de Dieu qui est au Bénin ? Comment s’y prendre ? ». Après la présentation du message du pape par le père Jean-Claude Koudessa, journaliste à l’hebdomadaire catholique La Croix du Bénin, ce sont ces interrogations du père Kèdowidé qui ont alimenté les échanges des participants. Des communications portant sur les opportunités de la Télévision numérique terrestre (TNT), les méthodes pour la préparation et conduite réussies d’une production télévisuelle, ainsi que les mécanismes de mobilisation de ressources pour soutenir ce grand projet ont été données à cet effet et ont fait l’objet de débats.

Le projet de création d’une télévision catholique prend, en effet, son ancrage dans le « Projet 123 A » du Plan stratégique d’action pastorale (Psap) du diocèse de Cotonou. Pour le père Kèdowidé, « aujourd’hui, la télévision étant au cœur de la communication, si l’Église l’approprie, elle pourrait en faire un vecteur efficace d’évangélisation en droite ligne avec sa vocation de mère et éducatrice du peuple de Dieu et des personnes de bonne volonté ».
Mais le point culminant de cette journée, ce fut la messe présidée par le père Roger Sevoh, vicaire général chargé de la pastorale dans le diocèse de Cotonou qui, représentant Mgr Roger Houngbédji, archevêque de Cotonou, a lancé des appels aux participants.

« Les journalistes catholiques doivent faire la différence »

En partant des textes de la liturgie du jour et du message du Pape à l’occasion de cette 55e édition de la journée mondiale des communications sociales, le père Sevoh a invité les journalistes et professionnels des médias présents à être des témoins de la vérité. « La communication et le journalisme, c’est, à mon sens, rendre témoignage à la vérité, aider les autres à comprendre ce qui se passe » a-t-il indiqué.

A lire : Être journaliste en Afrique

« Ce n’est pas une mission facile » a-t-il reconnu, « mais ce n’est pas parce qu’il y a la persécution que nous devons fuir ou biaiser avec la vérité ». Et de conclure « la vérité, il faut la dire et c’est nous qui sommes venus ici qui devons faire la différence en la matière ».

Juste Hlannon (à Cotonou)