Évangéliques stigmatisés : Pour Thierry Le Gall, « c’est tellement simple de résumer un problème national à une communauté »

« Nous avons vu dans toutes les grandes crises de l’Histoire le besoin de trouver un bouc-émissaire. C’est très démagogue de le pratiquer mais c’est tellement simple de résumer un problème national à une communauté et de lui faire porter toute la responsabilité d’un problème. »

A

u coeur de la pandémie de COVID-19, la polémique ne cesse d’enfler autour du rôle de la Porte Ouverte Chrétienne dans la contamination. Stigmatisée, cette église subit un certain lynchage sur les réseaux sociaux.

Nous avons voulu faire le point sur la situation des évangéliques de France avec le CNEF. Pour ce faire, nous avons interviewé Thierry Le Gall, directeur du service pastoral du CNEF auprès des Parlementaires.

Vous êtes directeur du service pastoral du CNEF auprès des Parlementaires. Pouvez-vous nous présenter le CNEF ainsi que votre rôle, vos actions ?

« Le Conseil National des Évangéliques de France a été créé il y a 10 ans et regroupe aujourd’hui 70% des églises évangéliques en France ainsi que des associations évangéliques. Cela représente 32 unions nationales d’églises et près de 200 associations. Le CNEF est représenté au niveau national auprès des autorités, et au niveau départemental au travers des délégués départementaux, qui sont les interlocuteurs des évangéliques au niveau des préfets.

Pour ma part, je suis chargé des relations avec le Parlement, au Sénat et à l’Assemblée Nationale. C’est une forme de service d’aumônerie. Je visite chaque semaine, au Sénat et à l’Assemblée Nationale, des sénateurs et des députés, pour les informer sur l’actualité évangélique, pour représenter le CNEF et ses membres, et puis aussi pour les accompagner pastoralement puisqu’un certain nombres d’entre eux sont chrétiens, d’autres sont en recherche spirituelle. »

On entend souvent le mot « évangéliste », à la place de « évangélique ». Pouvez-vous faire un point sur la différence entre ces deux termes ?

« Comme l’on dit ‘catholique’, on utilise le mot ‘évangélique’. ‘Évangélistes’ étant par référence ceux qui, dans la Bible, étaient chargés d’évangéliser avec le Christ. On les retrouve dans les Évangiles. Les ‘évangéliques’, eux sont une branche du protestantisme, que l’on appelle le protestantisme évangélique. La différence qui est à faire, c’est que l’évangéliste est dans une mission spirituelle et pastorale d’annoncer l’Évangile. Les évangéliques, même si eux aussi annoncent l’Évangile, sont ceux qui pratiquent la foi protestante évangélique. »

De manière concrète, en cette période de pandémie, quelles ont été les actions du CNEF à destination des chrétiens et des pasteurs ?

« Nous avons deux niveaux d’action, un niveau publique et un niveau institutionnel. Au niveau institutionnel, plusieurs fois par semaine, nous adressons aux pasteurs et aux associations chrétiennes des lettres d’information, de formation, des lettres de nouvelles, des circulaires, puisque nous sommes interlocuteurs du ministère de l’Intérieur, tous les outils pratiques pour pouvoir bien vivre les gestes barrières et le confinement. Et aussi pour accompagner l’Église dans cette période dispersée. Donc pour aider les chrétiens et les églises à produire des cultes à distance, respecter la réglementation pour qu’il n’y ait pas de regroupements dans les églises locales mais aussi donner des outils juridiques, des outils pratiques, des ressources spirituelles. Ça c’est l’aspect institutionnel et boîte à outils.

Et au niveau national, nous sommes en relation avec les préfectures, avec les médias, avec le ministère de l’Intérieur, pour essayer de freiner la stigmatisation et le lynchage médiatique qui est en cours depuis maintenant plus de deux semaines à propos des communautés évangéliques qui sont touchées par cette situation, puisque nous savons que le rassemblement de l’église de la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse, qui est membre du CNEF, a été un des centres où cette maladie s’est répandue, malgré eux, malgré le fait que les organisateurs de ce rassemblement n’étaient pas informés à ce moment-là de la gravité de l’épidémie. »

Comment s’organise le dialogue avec les autres branches du christianisme ?

« Le dialogue existe au niveau, d’abord, national. Il y a un groupe de conversation évangélique-catholique, qui existe depuis plusieurs années. Il y a également une commission de dialogue avec la communauté juive. Nous avons d’ailleurs été à l’initiative d’un colloque contre l’antisémitisme, il y a quelques mois.

Au niveau départemental, c’est à la discrétion des délégués départementaux du CNEF et de chaque pasteur, d’entrer dans le dialogue inter-religieux ou intra-religieux. Il y a des initiatives qui existent un petit peu partout en France. »

La Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse est stigmatisée depuis son rassemblement à l’origine de nombreuses contaminations. La préfète du Grand Est et du Bas Rhin, Josiane Chevalier, fait porter la responsabilité de l’église de la Porte ouverte chrétienne de Mulhouse dans la propagation massive du COVID-19 dans sa région. Dans une story, Le Monde, dit qu’une « semaine de prière a lancé l’épidémie de coronavirus en France ». Quelle est la position du CNEF face à la situation que vit cette église ?

« C’est une position de compassion vis-à-vis de toutes les victimes, de toutes les familles des victimes qui sont aujourd’hui dans le deuil. Une position de compassion vis-à-vis de tous ceux qui sont malades et touchés par ce virus. Et puis une posture de compassion, par rapport à cette église, qui est membre de la FEPEF, union membre du CNEF, qui est sous le feu des médias et des réseaux sociaux, injustement.

Ces propos qui ont été tenus par la préfète, ou par certains médias, sont des propos que je veux oser croire liés à leur méconnaissance du dossier, puisque ce qu’a prononcé Madame la préfète ne correspond pas à la réalité. Je pense qu’elle n’avait pas tous les éléments du dossier au moment où elle a fait cette déclaration. »

Quelles ont été les actions officielles de soutien du CNEF envers la Porte Ouverte Chrétienne ?

« Nous avons accompagné juridiquement, politiquement et au niveau de la communication l’équipe de la Porte Ouverte depuis les premiers jours et jusqu’à aujourd’hui. Donc en termes de conseil, de soutien, d’accompagnement. Nous avons aussi travaillé avec les services publics et les parlementaires pour informer de manière objective les plus hautes autorités du pays et les médias qui ont fait appel à nous, sur la réalité du contexte, qui a amené la propagation de ce virus. Et donc pour aussi clarifier la posture des responsables de l’église Porte Ouverte, qui est une posture sincère, honnête, qui doit être entendue. »

On peut même parler de lynchage, avec des appels à brûler l’église et tuer le chrétiens à la kalachnikov. Une réalité qui s’étend à l’ensemble des évangéliques. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

« Hélas, c’est un phénomène qui est vieux comme le monde. C’est un phénomène grave et inquiétant qui est lié à la nature humaine et au péché qui touche chaque homme et chaque femme. Nous avons vu dans toutes les grandes crises de l’Histoire le besoin de trouver un bouc-émissaire. C’est très démagogue de le pratiquer mais c’est tellement simple de résumer un problème national à une communauté et de lui faire porter toute la responsabilité d’un problème. […] Là cette fois-ci, ce sont les évangéliques. Ce sont des propos complètement déplacés et inacceptables dans une société démocratique qui prône les valeurs républicaines, surtout pour des églises et des associations qui sont très attachées à la laïcité, comme celles membres du CNEF.

Nous sommes en relation avec le gouvernement français. Nous lui avons fait des signalements très réguliers des propos qui ont été faits. En ce moment, il y a une collecte d’informations, de témoignages avec des preuves, qui remonte au Ministère de l’Intérieur pour que les auteurs de ces propos diffamatoires soient convoqués, en tous cas soient pris en compte. Après, c’est à la Justice de faire son travail. »

Certains s’interrogent sur le fait que des chrétiens aient été touchés. Dans des commentaires sur les réseaux sociaux, on voit certains demander « mais où est donc votre Dieu ». Avez-vous une réponse ?

« Dieu est là dans la souffrance. Dieu est là dans le silence de celui qui souffre. Dieu est celui qui console, qui guérit les coeurs, qui calme les angoisses. Je vois que la prière est aujourd’hui primordiale dans la situation que nous vivons. Il y a un grand nombre de prières qui montent vers Dieu partout dans le monde, y compris de la part de personnes qui n’ont pas l’habitude de prier, parce que Dieu est là. Il nous laisse la responsabilité de la gestion du monde. Il nous laisse la responsabilité de la gestion de nos États, et la manière aussi dont nous gérons la création, le règne animal et le règne végétal. Aujourd’hui, nous n’avons pas d’informations précises pour dire d’où vient cette épidémie, quelle est son origine précise. Ce que je crois, c’est que Dieu, lui, le sait. Mais en tous cas, Il est là pour porter secours, pour consoler le coeur de ceux qui souffrent. Il reste à l’écoute. »

Pour finir, Romain Choisnet, directeur de la communication du CNEF, nous remerciait dernièrement pour le travail d’information fait au sujet de l’église la Porte Ouverte Chrétienne. Entre autres, dans un article intitulé « Je défends », nous prenions la défense de cette église. Le CNEF fait-il partie des 7000 signataires ?

« À ma connaissance, nous n’avons pas été sollicités pour signer cette plaidoirie. En tous cas, nous l’avons bien identifiée. Sachez que nous avons, en-dessous des radars, depuis le premier jour, été aux côtés de la Porte Ouverte pour les accompagner comme je vous l’expliquais tout à l’heure d’un point de vue juridique, politique et médiatique. Nous n’avons pas voulu rendre publique cette démarche de soutien et d’action dès la première heure. Mais nous avons effectivement pris connaissance de cette solidarité qui a été publiée sur les réseaux sociaux. »

Nous remercions Thierry Le Gall d’avoir pris le temps de répondre à nos questions.

M.C.

© Info Chrétienne – Courte reproduction partielle autorisée suivie d’un lien “Lire la suite” vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 1 =