La Porte Ouverte Chrétienne répond aux questions à propos de son rassemblement du 17 au 21 février

[Mise à jour le 6 avril 2020 à 16h]

Sur le site de l’église, la Porte Ouverte Chrétienne répond aux questions qui leur sont posées. Nous vous proposons leur communiqué ci-dessous.

L’église de la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse a tenu un rassemblement du 17 au 21 février. Issus de toute la France et de pays limitrophes, des centaines de fidèles ont été, une fois de retour chez eux, à l’origine d’une série de contaminations. L’église doit désormais faire face à de nombreuses réactions violentes.

Sur le site de l’église, la Porte Ouverte Chrétienne répond aux questions qui leur sont posées. Nous vous proposons leur communiqué ci-dessous.

Pourquoi n’avez-vous pas annulé votre rassemblement du 17 au 21 février ?

À ce moment, la France est en phase 1 du plan de prévention épidémie avec des cas avérés isolés uniquement. La Direction générale de la Santé a d’ailleurs informé, le 21 février, tous les professionnels de santé (cf. information) qu’il « n’y a pas de chaîne de transmission active en France ».

Aucune directive officielle n’avait encore été donnée interdisant les rassemblements en France. D’ailleurs, à cette même période se sont tenus:

Il n’y avait donc aucune raison d’envisager même l’éventualité d’une annulation de cet événement organisé à la Porte Ouverte chaque année depuis 25 ans.

Quand avez-vous identifié la présence du virus dans votre communauté ?

Le dimanche 1er mars à 16h, l’Agence Régionale de Santé nous a appelés pour prévenir qu’une famille parmi les membres de notre église avait été testée positive au Coronavirus. Après investigation, nous avons su que certains membres de cette famille, infectés mais sans le savoir, avaient participé à notre semaine de jeûne du 17 au 21 février : l’Agence Régionale de Santé a été immédiatement informée de la possibilité de cas contacts.

Force est de constater que notre rassemblement en milieu confiné a permis la dispersion du virus parmi les participants, et ce, bien malgré nous. Après des jours de dépistage, l’église et ses membres ont été identifiés comme le 2ème cluster en France.

Nous avons subi et subissons encore de plein fouet les effets de ce virus.

Quelles ont été les mesures prises ?

Le lundi 2 mars, après le test volontaire et positif d’un deuxième membre de l’église, le Dr. Jonathan Peterschmitt, nous avons immédiatement pris la décision de ne pas maintenir notre rassemblement public prévu le mardi 3 mars. Cela a été annoncé sur tous nos supports dès 20h le lundi 2 mars.

Le mardi 3 mars, nous avons fait le choix de suspendre toutes les activités publiques qui ont lieu dans les locaux de l’église et d’encourager les salariés au télétravail.

Le mercredi 4 mars, nous avons annoncé l’annulation du culte public prévu le dimanche 8 mars.

Puis, suite à l’arrêté préfectoral du 5 mars, nous avons prolongé cette suspension de nos rassemblements jusqu’au 18 mars.

Un nouvel arrêté ministériel du 9 mars 2020 concernant les rassemblements de plus de 1000 personnes, a prolongé cette suspension de tout rassemblement jusqu’au 15 avril inclus.

Comment avez-vous informé les participants à la semaine du 17 au 21 février de ces contaminations ?

Cet évènement est ouvert à tous et totalement gratuit. Dans un souci logistique, seuls les enfants font l’objet d’inscriptions. Cette liste d’inscriptions a été communiquée à l’A.R.S. le lundi 2 mars.

Le mardi 3 mars, sur recommandation de l’Agence Régionale de la Santé, un appel national a été lancé à toutes les personnes ayant fréquenté notre église, du 17 au 24 février, au travers de nos supports de communication, les médias et les autorités de santé en la personne de Jérôme Salomon (Directeur Général de la Santé).

Pourquoi ne pas avoir appliqué les gestes barrières lors de votre rassemblement du 17 au 21 février ?

Les gestes barrières sont fortement encouragés par les professionnels de santé dans les cas d’épidémie. Or, l’épidémie n’était pas encore avérée en France au moment du rassemblement.

Les campagnes publiques de sensibilisation aux gestes barrières concernant le Covid-19 ont commencé la semaine du 1er mars.

Cependant, dès le mardi 25 février puis lors de notre culte du dimanche 1er Mars, voyant le nombre de participants montrant des signes grippaux, nous avons vivement recommandé à nos paroissiens présents de se tenir distants de leurs voisins.

Combien de personnes de votre assemblée ont été atteintes ?

Puisque ce sont des informations liées au secret médical, il ne nous est pas possible de fournir un nombre précis. Le nombre de cas était suffisamment important pour que les personnels médicaux du SAMU demandent aux personnes ayant fréquenté notre église et ayant des symptômes de se confiner le plus rapidement possible et pour une durée de 14 jours, et ce, sans effectuer un test de dépistage.

Nous déplorons cependant plusieurs décès de membres de notre communauté des suites du virus.

Pourquoi le pasteur Thiebault Geyer demande-t-il pardon le 18 mars ?

Le pardon du Pasteur Thiebault Geyer exprimé lors du culte du mardi 18 mars, n’a rien à voir avec la responsabilité de l’église dans la gestion du coronavirus. Le titre de son message était : « Tous concernés ». Il soulignait combien la réalité du Coronavirus lui paraissait lointaine alors que le virus ne sévissait qu’en Chine. Sa prise de conscience a commencé véritablement dès lors que des proches ont été atteints. Il demandait pardon d’avoir considéré des chiffres plutôt que des vies humaines.

Pourquoi vous êtes-vous à nouveau rassemblés le dimanche 22 mars ?

Aucun rassemblement public n’a eu lieu le 22 mars 2020. Sur place étaient présents uniquement 11 salariés ayant chacun la dérogation professionnelle en vigueur. Le décret ministériel du 16 mars autorisant l’ouverture des lieux de cultes pour moins de 20 personnes a été scrupuleusement respecté et vérifié par la police lors d’un contrôle effectué sur place et demandé par notre voisinage.

Pourquoi n’avez-vous pas demandé l’accord de la municipalité pour votre enregistrement vidéo du 22 mars ?

L’arrêté ministériel ne le demandait pas. Ce dernier conseillait la consultation de la Préfecture, ce que le représentant régional du CNEF a fait.

Nos services diffusés en ligne sont un soutien moral pour des milliers d’internautes et nos paroissiens confinés.

Quel est l’état de la situation à la Porte Ouverte ce mercredi 25 mars ?

Avant d’être un cluster, nous sommes avant tout des femmes et des hommes affectés par la maladie et le deuil. En date du mercredi 25 Mars 2020, nous comptons 17 décès au sein de notre communauté. Notre église est en deuil, mais également triste de ne pas pouvoir leur rendre un dernier hommage et soutenir les familles.

De nombreux membres sont encore hospitalisés ou confinés malades, mais nous sommes reconnaissants de voir aussi plusieurs sortir de la maladie à commencer par notre pasteur principal Samuel Peterschmitt, après une longue période de convalescence.

En plus du fait que notre communauté soit durement atteinte dans sa santé physique, considérée par plusieurs comme le début de la pandémie en France, notre église et ses membres ont reçu des menaces verbales et écrites d’une violence extrême. Cette violence est certainement mue par la peur qui anime beaucoup de nos concitoyens, mais elle est aussi alimentée par des propos et allégations mensongères.

Quant au traitement de ces informations mensongères ou partielles, nous en appelons d’abord à la responsabilité des représentants de l’Etat, qui ont pour vocation de représenter et protéger tous les Français et leurs libertés. Nous en appelons également à la responsabilité professionnelle des médias. Dans une période où la crédibilité de leur parole est trop souvent mise en doute, que chacun serve la paix et la vérité, non un intérêt politique ou idéologique menant à la stigmatisation de communautés minoritaires.

Dans quelles conditions d’accueil du public se déroulent vos rassemblements ?

Dans le cadre de nos évènements, nous mettons systématiquement en place les éléments de sécurité nécessaires à l’accueil du public, à savoir : service de sécurité, permanence sanitaire, inscriptions nominatives des mineurs. Nos locaux sont aux normes ERP bâtiment catégorie V, comme l’atteste le dernier passage de la commission de sécurité le 19 novembre 2019. Un service de premiers secours est assuré sur place.

M.C.

Pour en savoir plus sur le sujet :

Face à la « vague de réactions violentes » contre la Porte Ouverte Chrétienne, le CNEF appelle à être « solidaires et vigilants »

Double peine pour la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse

La Porte Ouverte Chrétienne renonce à son droit de diffuser ses cultes depuis l’église

Thiebault Geyer, pasteur de la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse, demande pardon

Sorti de l’hôpital, Samuel Peterschmitt s’adresse dans un émouvant message vidéo à l’église Porte Ouverte Chrétienne

Coronavirus : L’église Porte Ouverte Chrétienne appelle à la prière le dimanche 15 mars

Coronavirus : L’église Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse fait le point sur le rassemblement à l’origine de contaminations

Coronavirus : Annulation du culte suite à la confirmation de 7 cas à l’église Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse

COVID-19 : Jonathan Peterschmitt, cas confirmé de coronavirus, fait le point sur les symptômes et la contamination

Multiplication des cas confirmés de coronavirus en lien avec le rassemblement de l’église de Mulhouse

Coronavirus : Annulation du culte suite à la confirmation de 7 cas à l’église Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse

© Info Chrétienne – Courte reproduction partielle autorisée suivie d’un lien “Lire la suite” vers cette page.

SOUTENIR INFO CHRÉTIENNE

Info Chrétienne étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, votre don est déductible de vos impôts à hauteur de 66%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 − un =