Dimanche 13 juin, une religieuse a été enlevée dans l’État d’Imo, dans le sud du Nigeria. Le même jour, dans la localité d’Owerri West, dans le même État, une fidèle anglicane a aussi été enlevée dans une église.

Le cycle d’enlèvements touchant les prêtres et religieux au Nigeria se poursuit. Dimanche 13 juin, une religieuse a été enlevée à Nwangele, dans l’État d’Imo (sud). Selon la presse nigériane, la religieuse dont l’identité n’a pas été précisée, conduisait sa voiture quand des hommes armés l’ont dépassée puis forcée à s’arrêter. Ils l’ont ensuite obligée à monter dans leur véhicule tandis qu’un d’entre eux a pris le volant de la voiture de la religieuse, derrière le convoi.

Le même jour, dans le même État, plus précisément dans la localité d’Owerri West, Ikenna Onwusoroaka, une fidèle anglicane a été enlevée dans son église.

Enlèvements

Deux jours plus tôt, vendredi 11 juin, Duru Azubuike un herboriste et son neveu ont été tués dans le même État, par des ravisseurs qui ont, cependant, épargné sa femme enceinte.

Nigeria: ces enlèvements qui exaspèrent

Le 20 mai, deux hommes armés se sont introduits à la paroisse Saint-Vincent Ferrier à Malunfashi, dans l’État de Katsina, dans le nord du Nigeria. Ils ont ensuite enlevé les pères Joe Keke et Alphonsus Bello présents sur les lieux. Le corps sans vie du père Bello a, par la suite, été découvert. Le père Joe Keke a eu plus de chance puisqu’il a été libéré quelques jours plus tard. Au mois de mars, un prêtre avait également été tué à Katsina-Ala, dans l’Est et un autre tué à Kaduna. A lire: Nigeria: le père Joe Keke libéré par ses ravisseurs

Exaspérées par les enlèvements récurrents dans ce pays en proie à l’insécurité, des centaines de personnes avaient marché sur l’axe reliant Abuja, la capitale (centre) et Kaduna (nord) le 24 mai.

La Croix Africa