Au Sénégal, décès du porte-parole du khalife des tidianes très engagé dans le dialogue islamo-chrétien


Serigne Pape Malick Sy, porte-parole du Khalife général – guide spirituel – de la confrérie soufie des tidianes, au Sénégal est décédé jeudi 25 juin 2020, à 80 ans, après trois ans de service.

Il était notamment connu pour son engagement en faveur du dialogue islamo-chrétien.

Le porte-parole de la confrérie soufie des tidianes, Pape Malick Sy, né en 1940, est décédé jeudi 25 juin 2020 d’une courte maladie à son domicile à Dakar. Fils cadet de Serigne Seydi Babacar Sy, premier khalife des tidianes, Pape Malick Sy a été inhumé le jour même de son décès à Tivaouane, cité sainte des tidianes du Sénégal.

Le défunt a grandi à l’ombre de ses frères aînés, Serigne Mansour Sy et Serigne Cheikh Tidiane Sy Al Makhtoum (tous deux devenus khalife). Il était devenu, en 2017, le porte-parole du khalife des Tidianes à la place de Serigne Abdoul Aziz Sy Al Amiine. Décrit comme un homme très discret et très courtois, il maîtrisait les secrets du protocole au cours des cérémonies qui se déroulaient dans la cité religieuse.

A lire: Au Sénégal, inauguration de la grande mosquée mouride de Dakar, sous le signe de la réconciliation

Apôtre du dialogue islamo-chrétien

À l’image de son père, Serigne Babacar Sy, Pape Malick avait des relations privilégiées avec les chrétiens. « Il tenait particulièrement aux relations avec les chrétiens, participait à leurs activités », raconte François Carvalho, catholique, proche de la famille confrérique et vivant à Tivaouane. Selon lui, le défunt aurait sévèrement sermonné en 2018 un de ses collaborateurs qui ne lui avait pas remis une lettre d’un groupe catholique. C’était à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Union mondiale des organisations féminines catholiques, au Sénégal. « Il faut éviter les comportements et attitudes tendant à compromettre les relations entre la famille de Tivaouane et les catholiques », avait-il insisté. Le 19 décembre 2019, le religieux s’était personnellement déplacé à l’église des Martyrs de l’Ouganda, à Dakar, pour présenter ses condoléances après la disparition d’un de ses proches chrétiens.

Charles Senghor (à Dakar)