Au Sénégal, le pèlerinage marial de Popenguine se tiendra en comité restreint


La 132e édition du pèlerinage marial national sénégalais sera célébrée pendant le week-end de Pentecôte. Toutefois, avec la situation de pandémie liée au coronavirus, cette rencontre qui réunit, d’habitude à Popenguine (ouest), des milliers de fidèles du Sénégal et de certains pays de la sous-région sera tenue dans des formes inhabituelles, autour de l’évêque de Kaolack, Mgr Martin Boucar Tine.

Malgré la situation difficile causée par la pandémie du coronavirus, le Sénégal dont la célébration des messes publiques reste jusque-là suspendue par les évêques, va célébrer la 132e édition du pèlerinage national marial de Popenguine. La rencontre qui se tiendra sur le thème « Sainte Vierge Marie, montre-nous le chemin de la sainteté » se fera avec un nombre réduit de participants : le comité d’organisation du pèlerinage autour de Mgr Martin Boucar Tine, évêque de Kaolac (centre).

Les fidèles, empêchés d’assister physiquement à cette célébration sont invités à la vivre à partir de chez eux grâce aux médias. « Nous devons faire de nos maisons des répliques de celle d’Elisabeth et Zacharie, pour recevoir la visitation de Marie ; en faire, comme cela a été depuis quelque temps, les autels de la célébration du Christ Verbe fait chair dans sa parole et dans son corps livré ; en faire la tribune du pardon donné et reçu ; en faire des terrains de l’amour et de la fraternité », note le père Pascal Fap Téning Diome, président du Comité d’organisation du pèlerinage Marial de Popenguine. Il invite les fidèles à adapter les 5 étapes du parcours du pèlerin « pour un pèlerinage plus dans la disposition du cœur que par un déplacement vers Popenguine ».

Un regain d’engagement de tous

Selon le père Diome, de nombreuses rencontres précédées d’une assemblée générale des membres du comité d’organisation, se sont tenues en amont de Popenguine 2020 avant que la pandémie ne survienne.
À quelques jours du pèlerinage marial de Popenguine, le prêtre affiche quelques regrets. « Nous ne pouvons manquer de tristesse de voir ce grand moment de la vie de notre foi et de notre Église ne pas être vécu avec ferveur ». Pour autant, il estime que « rien n’est perdu de tout ce qui a été fait. Car, après cette nuit de covid-19, il fera jour pour un regain d’engagement de tous ».

Télé et réseaux sociaux en appoint

Pour ce pèlerinage, les milliers de fidèles qui affluaient des quatre coins du Sénégal et de certains pays de la sous-région ne seront pas de la partie. Toutefois, ils pourront suivre la célébration eucharistique, dans la matinée du 1er juin. L’Office diocésain de l’information et de la Communication (Oficom) de Dakar aidera les fidèles, à travers la télévision et les médias sociaux, à s’unir aux célébrations depuis Popenguine, avec un petit nombre autour de l’évêque de Kaolack.

A lire : Au Sénégal, le pèlerinage marial de Popenguine rime avec le commerce des objets de piété

Pour le père Diome, l’attitude de privation et de limitation des mouvements en cette période de pandémie participe « de l’amour de Dieu et du prochain, résumé des commandements de notre Seigneur, et donc de notre marche personnelle et commune vers la sainteté ». Et d’ajouter : « dans la discrétion du Cénacle, avec les apôtres, la Vierge prie avec nous et pour nous. Comme au pied de la croix, elle partage notre souffrance. Notre vie chrétienne se veut échos de son oui à Dieu, en vue de la cité céleste ».

Charles Senghor (à Dakar)