Au Sénégal, les évêques maintiennent la suspension des offices religieux publics


Dans un communiqué publié vendredi 10 juillet, les évêques sénégalais ont maintenu la suspension des offices religieux à caractère public comme les messes.

Ils ont aussi invité à une réflexion en vue d’une éventuelle reprise des célébrations liturgiques publiques à partir du 15 août.

Les catholiques sénégalais devront redoubler de patience avant de participer de nouveau à des offices religieux publics. Dans un communiqué publié vendredi 10 juillet, l’épiscopat sénégalais a annoncé le maintien de la suspension des messes et autres célébrations publiques compte tenu du contexte pandémique lié au Covid-19.

Mi-mars, les cultes publics chrétiens et musulmans avaient été suspendus au Sénégal à cause des restrictions liées à la pandémie du Covid-19. Début mai, le gouvernement sénégalais avait donné l’autorisation pour la reprise des cultes publics mais l’Église catholique ainsi que la confrérie musulmane des tidianes avaient préféré maintenir cette suspension en raison de l’augmentation des cas le pays. (Plus de 8 000 cas au 12 juillet dont plus de 5 000 guéris).

« La situation actuelle n’est pas favorable »

« Notre conscience de pasteurs nous dicte de nous ouvrir d’abord à l’avis de certains spécialistes dans le domaine de la santé, pour mieux apprécier la situation et aller de l’avant », soulignent les évêques sénégalais qui font remarquer, en se basant sur les chiffres annoncés par le ministère sénégalais de la santé « la propagation de la pandémie dans des zones et contrées initialement épargnées » mais aussi « l’allure stationnaire de la courbe autour de 9 % à 10 % des sujets testés, allure qui pourrait connaître une recrudescence les jours ou semaines à venir ».

A lire : Les Sénégalais toujours partagés sur la réouverture des lieux de culte

L’épiscopat sénégalais qui juge nécessaire d’observer la situation après la réouverture des marchés, écoles transports en communs etc. mais également l’impact du relâchement des gestes barrières observés chez les Sénégalais estime que la situation actuelle « ne milite pas en faveur d’une ouverture immédiate de nos églises pour le culte ».

Éventuelle reprise vers le 15 août

L’épiscopat sénégalais ouvre cependant une réflexion pour une éventuelle reprise des messes et autres célébrations liturgiques publiques vers le 15 août « si la situation se stabilise ».

« En attendant, poursuit l’épiscopat sénégalais, au nom de notre foi qui nous invite à prier en toutes circonstances, au nom également du devoir de solidarité citoyenne et du devoir de charité chrétienne, nous vous demandons de persévérer dans l’effort en respectant les normes de sécurité sanitaire qui nous sont rappelées constamment par les services compétents ».

Lucie Sarr