Beyrouth: L’ONG Christian Aid redoute un accroissement de la famine au Liban

La double explosion survenue mardi 4 août dans le port de Beyrouth risque d’accroître le nombre de Libanais victimes de la famine. Selon l’agence de secours et de développement de 41 Eglises britanniques Christian Aid, l’explosion «horrible et choquante» à Beyrouth survient déjà au milieu d’une tempête dans un Liban sévèrement touché par la crise des réfugiés syriens, la pandémie, les troubles sociaux, l’hyperinflation, la corruption gouvernementale et la banqueroute de l’état.  

Des familles souffraient déjà de la faim en avril

«Il n’y a pratiquement pas de maisons qui ne soient pas endommagées, beaucoup ont été détruites; les commerces et les moyens de subsistance ont été anéantis en quelques secondes», souligne encore Christian Aid. Son partenaire au Liban, Basmeh & Zeitooneh, signalait déjà en avril que certaines familles n’avaient plus du tout de nourriture chez eux, rapporte Christian Today. Après l’explosion, la crise alimentaire «va encore s’aggraver», les silos à grains du port étant complètement détruits, avance Christian Aid. 

Au moins 135 personnes sont mortes dans les explosions tandis que plus de 5 000 personnes ont été blessées.  D’innombrables bâtiments ont été détruits, entièrement ou partiellement, selon les médias présents sur place. D’après les autorités près de 300 000 personnes ont perdu leur logement.  selon les médias, après qu’une explosion massive a frappé Beyrouth, au Liban, le 4 août. Entre 200 000 et 250 000 habitants de la ville ont perdu leur logement. Selon les premiers éléments de l’enquête, 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium entreposées depuis six ans dans le port auraient déclenché les explosions. 

Des églises et des écoles protestantes touchées

 Plusieurs écoles et églises protestantes ont été endommagées par la grave explosion. C’est le cas notamment de deux deux bâtiments religieux de l’Eglise adventiste, de l’Université du Moyen-Orient, de deux lycées et un centre d’apprentissage pour enfants réfugiés, rapporte  la direction régionale de l’Église adventiste pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord. Plusieurs membres de l’Eglise Protestante Française de Beyrouth ont été légèrement blessés, déclare l’Eglise sur Twitter. «Nous attendons encore des nouvelles de quelques personnes pour être totalement rassurés», précise l’Eglise qui se touchée par les mots de réconfort. 

The post Beyrouth: L’ONG Christian Aid redoute un accroissement de la famine au Liban appeared first on Evangeliques.info.