La révolution smartphone
La vidéo mobile a révolutionné la pratique du journalisme. Aujourd’hui, précise Kokou Tadegnom, on parle de ‘’All in one’’ (c’est-à-dire, tout faire avec le smartphone). « On rédige des articles, on filme, on édite des photos et des vidéos, on pose la voix, on fait des directs… Le téléphone est donc devenu l’outil à tout faire du journalisme. »

Le smartphone permet en effet de gagner du temps, d’aller plus vite. Et, selon les statistiques, 95% des données mobiles d’ici à 2022 seront des vidéos. Comme pour dire que la vidéo est en train de prendre une place importante dans ce que nous faisons. Et pour le formateur, il faut s’en saisir.

Conseils et outils pour filmer avec votre téléphone portable
« Il est utile que chacun puisse s’approprier de cette pratique. Aujourd’hui, il y a assez de contenus qui circulent en ligne. Tous les contenus sont en concurrence. Maintenant, nous, en tant qu’hommes de médias, en tant que journalistes, nous devons tout mettre en œuvre pour nous démarquer. Nous devons sortir du lot, nous ne devons plus utiliser le smartphone comme tout le monde. Nous devons l’utiliser de façon professionnelle et profiter de cet outil « , a-t-il conseillé.

La vidéo en direct
L’importance qu’ont pris le mobile et les réseaux sociaux est une réalité à laquelle les médias traditionnels doivent aujourd’hui faire face. La menace est là et il faut se réinventer.

Noel Kokou Tadegnom fait savoir qu’ »aujourd’hui, même les grands médias sont obligés de diffuser certains événements en direct via Facebook Live ou Twitter. Parce que nous sommes en concurrence avec le citoyen, celui-là qui se fait appeler journaliste citoyen. Il n’est pas journaliste puisque n’ayant pas la formation de base, mais il arrive à publier plus vite que le journaliste professionnel ».

Pour lui donc, « les journalistes professionnels doivent aussi aller sur ce terrain pour être vraiment à la page et ne pas se faire ‘battre’ par le citoyen ». Mais tout cela, dit-il, dépend de la maîtrise de son outil qu’est le téléphone portable. Il faut penser à quel moment assurer ce direct ? A quel moment informer la cible que ce direct doit se faire ? Il faut également préparer ce direct tout comme le montage et le tournage qu’on doit faire avec le mobile. « Tout doit être préparé. On doit extrêmement faire attention, ne pas toujours chercher à improviser », a-t-il rappelé.

Plan de tournage
« Au-delà du direct, on fait face à des questions de format, de réglage, de cadrage pour aboutir au montage avec la vidéo mobile. Le plan doit toujours nous servir de guide sur le terrain. »

Dans le plan de tournage, il y a :

  • Les séquences (suite de plans formant un tout du point de vue de la construction de l’histoire)
  • Les plans (large, moyen, serré)
  • Les sonores (extraits d’interviews)

Ce qu’il faut retenir, selon le formateur, en vidéo mobile il y a trois formats qui cohabitent : 16:9, 1:1, 9:16.

« En fonction de votre objectif, de ce que vous voulez faire, vous choisissez le cadrage qu’il vous faut. Mais attention ! Evitez de mettre dans un même tournage, les images de formats différents (16 :9, 1:1, 9:16). Si vous optez pour 16:9, vous tourner du début jusqu’à la fin en 16:9. C’est la même chose pour les autres formats et c’est important. »

Composer une image
« Pour filmer ou tourner de belles images, il est important de penser à la composition de l’image. Donc, il faudra contrôler l’horizontalité de l’image et essayer d’afficher les repères. A chaque fois que vous devez faire des images désormais, pensez composition, pensez à l’environnement autour de vous et essayez de placer votre sujet en fonction de la composition que vous voulez. En tant que vidéaste, c’est à vous de vous déplacer pour trouver la bonne position. »

L’autre élément important, « chaque fois que vous filmez avec votre smartphone, évitez d’être en face du soleil et le sujet que vous filmer doit faire face au soleil. Tout ça pour éviter le contre-jour ».

La règle des tiers
« Il y a aussi ce qu’on appelle la règle des tiers qui permet de positionner le sujet dans le cadre. Et généralement, sur l’écran de votre téléphone vous avez la grille qui subdivise l’écran en un carré. Ça vous aide véritablement à positionner le sujet. Il faudra essayer de ne pas trop centrer le sujet à l’exception des portraits. Pour le tournage, essayez toujours de filmer dans le sens du mouvement, ne pas aller à l’encontre celui-ci. Aussi, il faut faire attention à l’arrière plan, des choses qui perturbent votre tournage. »

Trucs et astuces

  • Importer les rushes
  • Les ordonner dans la timeline
  • Rogner les rushes (trim.)
  • Séparer l’audio
  • Ajouter musique et voix off
  • Ajouter les effets
  • Ajouter les synthés (incrustation de texte sur une image vidéo)
  • Ajouter l’audio (mixer)
  • Exporter le film

Et puis, dans le tournage et à la fin pour aboutir au montage, Noel Kokou Tadegnom rappelle qu’il faut toujours :

  • Privilégier des plans courts (rythme)
  • Plans d’interview de 15 secondes maximum et plans d’illustration 4 secondes maximum
  • Raccorder les mouvements
  • Règles des 30° et des deux valeurs de plan d’écart
  • Soigner le son (faire entrer la voix avant les images)
  • Moins d’effet de transition = plus de professionnalisme

Monter un portrait et un reportage
« Pour monter un portrait, on a besoin du son (les paroles de l’interviewé) d’un bout à l’autre. On a besoin aussi d’images pour l’alterner celles de l’interviewé et des images d’illustration. Généralement, si nous avons un tournage d’une minute, on a 15 secondes d’images d’illustration et 20 secondes de sonore, 10 secondes d’images d’illustration… C’est à vous de voir ce que vous voulez monter et vous sortez un sujet d’une minute. »

« Pour les reportages, il faut aussi penser à alterner le commentaire off, le son in (ambiance) et les interviews. Il est aussi important de penser à ajouter du texte à notre vidéo. Ça permet de comprendre facilement ce qui est dit ».

Quelques applications pour la vidéo mobile

Youcut
Kinemaster
VN
Adobe premiere clip
Adobe spark video
Videoshow
Quick
Powerdirector