Coronavirus : en Afrique du Sud, l’épiscopat s’inquiète pour les populations défavorisées

Bishop Sithembele Sipuka, who represented the SACBC at the Vatican’s abuse summit (Photo: Bishop Stanislaw Dziuba)/https:/www.mthathadiocese.co.za
8 avril 2020 pas de commentaire

L’Afrique du Sud est le pays africain le plus lourdement touché par le Covid-19. Le pays qui compte, au 6 avril, 1 686 cas positifs, a adopté depuis cette date une mesure de confinement strict.

Dans ce contexte, Mgr Sithembele Sipuka, évêque de Mthatha et président de la Conférence épiscopale d’Afrique du Sud a publié, début avril, un message dans lequel il analyse la situation liée à la pandémie dans le pays et donne quelques pistes aux chrétiens pour aider les personnes affectées.

L’Afrique du Sud a adopté depuis le 6 avril, une mesure nationale de confinement pour endiguer la propagation de l’épidémie du Covid-19 qui a déjà infecté plus de 1 600 personnes. Le président de la Conférence épiscopale d’Afrique du Sud, Mgr Sithembele Sipuka, évêque de Mthatha et premier vice-président du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (Sceam) a, à cette occasion, adressé un message de compassion et d’encouragement à ses compatriotes.

Personne n’est à l’abri

L’évêque fait remarquer que la maladie ne fait pas de différence entre riches et pauvres. « Personne ne peut se penser comme complètement à l’abri d’un risque de contamination par le coronavirus », estime-t-il avant de rappeler la difficulté de mettre en œuvre une mesure de confinement intégral dans un pays pauvre. « Avec les mauvaises conditions économiques qui sont les nôtres, notamment dans les bidonvilles, l’on a aucune certitude qu’une telle mesure ait la même efficacité qu’en Chine », commente-t-il. Il illustre son affirmation par l’exemple d’une famille nombreuse obligée de vivre dans une seule pièce. « Dès qu’une personne sera contaminée, il sera difficile de ne pas aboutir à la contamination de tout le noyau familial », fait-il remarquer. Dernièrement, un cas de coronavirus est apparu dans le bidonville de Khayelitsha au Cap ce qui n’a pas manqué de susciter l’inquiétude du président de la Conférence épiscopale sud-africaine.

Aider les pauvres

« Je suis de tout cœur avec la majorité des gens qui vivent du commerce et du travail informel », ajoute l’évêque de Mthatha. « Rester assis à la maison pendant 21 jours – et qui sait si cette période ne sera pas prolongée – signifie que ces personnes vivent maintenant sans moyens pour subvenir à leurs besoins », fait-il aussi remarquer, invitant tous les chrétiens à un élan de solidarité.

S’adressant au clergé et aux communautés religieuses, il précise : « Nous devrons poursuivre de manière intense le programme d’aide aux pauvres. Il est possible que cette situation nous appelle, en tant que clergé et religieux, à partager notre propre nourriture, car les ressources des seuls fidèles ne suffiront pas ».

Mgr Sipuka exprime, en outre, une autre inquiétude. « Qu’allons-nous faire maintenant, puisque nous ne pouvons pas sortir pour apporter de la nourriture aux pauvres » ?, s’alarme-t-il en pensant à l’après confinement avec détérioration annoncée de la situation économique dans le pays. « De plus en plus de gens n’auront pas les moyens d’acheter l’essentiel », prévient-il. Le président de la conférence épiscopale sud africaine encourage enfin tous les chrétiens à la prière et à l’introspection.

Lucie Sarr

Articles liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + sept =

© 2020 - FOMECAF