Après Lomé 1 et 2 organisés par Radio Réveil et ses partenaires, les acteurs des médias chrétiens de la Côte d’Ivoire ont compris l’urgence de se mettre ensemble et de cesser d’évoluer en rangs dispersés. Dans cette optique, deux animateurs créent en août 2020 l’Union des journalistes et animateurs chrétiens de Côte d’Ivoire (UJACCI)

Les médias chrétiens en Côte d’Ivoire ont longtemps souffert d’un climat de concurrence et d’un manque de collaborations entre les différentes personnes actives en leur sein. Les séminaires de Lomé 1 et 2, organisés par Radio Réveil à Lomé au Togo en 2019, ont donné à ces professionnels des médias de comprendre la similitude de leurs défis : le financement des radios, le salaire précaire du personnel, l’absence de bonnes stratégies d’évangélisation… Au regard de ceci, journalistes, animateurs et metteurs en ondes chrétiens ont décidé de mettre sur pied une association qui se penchera sur les différents problèmes auxquels ils font face.

L’UJACCI, le cri des acteurs des médias confessionnels

Franceline Sehi et Joseph Ykio Gnahoua exercent comme animateurs dans deux radios confessionnelles d’Abidjan, la Voie sainte et Fréquence Vie. A l’issue de la première rencontre des acteurs des médias chrétiens d’Afrique francophone en janvier 2019, ils se retrouvent sur le même plateau le temps d’une matinale. C’est le début de l’écroulement de la barrière entre les radios chrétiennes de Côte d’Ivoire.

En novembre de la même année, ces deux professionnels des médias et plusieurs autres sont à nouveau invités à Lomé pour l’acte 2 des séminaires de formation. Les liens se consolident davantage et le projet d’une corporation voit le jour. En août 2020 naît l’Union des journalistes et animateurs chrétiens de Côte d’Ivoire. Son but premier : agir ensemble pour le bien des professionnels des médias évangéliques.

Trois mois après, l’UJACCI revendique près de 50 membres. Elle accueille aussi des chrétiens exerçant dans les médias non confessionnels. « A travers cette association, nous voulons consolider la fraternité entre professionnels, lancent de concert Franceline et Joseph, et permettre aux professionnels de développer leurs compétences. »

Zenabou Ndocki (Radio Bonne Nouvelle, Douala, Cameroun)