Covid-19 : prêtres et religieuses formés à l’écoute et l’intervention psycho-pastorale en temps de crise


Du 5 au 9 et du 18 au 22 mai, environ 70 agents pastoraux africains ont participé à une formation continue sur l’écoute et l’intervention psycho-pastorale en temps de crise. L’objectif était de les outiller pour une meilleure prise en charge pastorale des personnes touchées par le coronavirus, pendant et après la pandémie.

« Il faut renforcer la capacité des prêtres, religieux et religieuses en Afrique à concevoir un plan de riposte psycho-pastoral pour répondre à la crise multiforme causée par le Covid-19, » estime le père Jean Messingué, jésuite camerounais, docteur en psychologie clinique, qui a organisé deux sessions de formation sur l’écoute et l’intervention psycho-pastorale en temps de crise. « La crise actuelle étant aussi une crise pastorale, poursuit-il, nous devons accompagner les principaux agents pastoraux à mieux se former pour relever les défis de la pastorale pendant et à la sortie de la crise du coronavirus dans le contexte africain. »

Un impact socio-économique élevé

Alors que les cas d’infection au coronavirus augmentent en Afrique, 73 prêtres, religieux et religieuses en Afrique et en Europe ont bénéficié d’une formation continue du 5 au 9, puis du 18 au 22 mai. Exclusivement en ligne et sanctionnée par un certificat, elle s’est faite autour du thème : « Écoute et intervention psycho-pastorale en temps de crise. »

La formation qui s’inscrit dans le domaine de la psychologie et du counseling pastoral a été assurée par le jésuite spécialiste en psychologie clinique et le professeur Médard Koua, directeur de l’hôpital psychiatrique de Bouaké (centre). « La crise liée au Covid-19 a une forte dimension existentielle et psychologique, assure le père Messingue. Si le Covid-19 a un taux de mortalité faible en Afrique, son impact socio-économique et psychologique est assez élevé. »

« Nos émotions sont des alertes »

Sœur Esther Délali Koudoglo, de la Congrégation des Petites Sœurs de la Sainte-Famille, était l’une des auditrices de la seconde session de formation. Pour elle, il est important de savoir mettre toutes ses chances de son côté pour mener à bien sa mission : l’accompagnement des jeunes dans la formation à la vie religieuse. « Étant agent pastoral, toutes les opportunités de renforcement de capacité sont pour moi autant de balises que je ne néglige de saisir, explique-t-elle. L’ambiance générale, l’interaction qui a prévalue durant le cours m’ont disposé à comprendre, d’abord, qu’il est de plus en plus important de savoir écouter nos émotions qui en fait sont des alertes à ne pas négliger dans une démarche de pastorale de crise. »

A lire : Coronavirus  : un prêtre lance un centre d’appel pour un soutien psychologique

Face aux personnes en crise, la religieuse entend désormais « entrer dans la dynamique que l’écoute empathique favorisant l’autonomie de l’écoutant est l’une des approches fondamentales à ne point négliger dans un processus d’aide ».

Une ébauche de solution

Depuis son bureau à Luanda, le père Étienne N’guessan, Supérieur de la délégation de la société des missions africaines en Angola, a pris part à la première session de formation en ligne dispensée depuis la Côte d’Ivoire. Nourrissant un intérêt particulier pour les études de psychologie qu’il aimerait faire, « le thème et les sous thèmes proposés par cette formation paraissaient une ébauche de solution face aux problèmes auxquels nous sommes tous actuellement confrontés ».

Aussi, ajoute-t-il, les échanges qui ont porté sur les attitudes à avoir en tant que prêtres dans la pratique de l’écoute ont été très enrichissants. « Je me suis une fois de plus rendu compte de l’importance de l’étude de la psychologie dans la pratique de la pastorale surtout dans le ministère du prêtre (confession-écoute-accompagnement). »

Guy Aimé Eblotié, à Abidjan