En Côte d’Ivoire, le plaidoyer de l’épiscopat pour des élections apaisées


La 116e Assemblée plénière de la conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire s’est achevée jeudi 30 juillet avec un message des évêques catholiques à l’ensemble des Ivoiriens. À trois mois de l’élection présidentielle, ils ont fait un plaidoyer pour la paix et des élections apaisées.

« À trois mois de la prochaine élection du président de la République, nous nous trouvons à la croisée des chemins. Nous traversons des zones de turbulences au plan politique, dont les répercussions pourraient mettre à mal la fraternité et la paix. », a remarqué Mgr Jean Jacques Koffi oi Koffi, l’évêque de San-Pedro (sud-ouest), dans l’homélie de la messe de clôture de la 116e Assemblée plénière de la Cecci, jeudi 30 juillet à la cathédrale Saint-Augustin de Yamoussoukro (centre).

Le 21 juillet, l’épiscopat ivoirien a publié une lettre pastorale intitulée « l’Église en Côte d’Ivoire au service de la réconciliation de la justice et de la paix » dans laquelle il a fait des propositions pour consolider la cohésion sociale. Citant quelques extraits de ce document qui est « analyse sans complaisance de la situation sociale du pays », Mgr Koffi oi Koffi a insisté sur la mission de l’Église au sein de la population ivoirienne. « Nous sommes conscients que notre mission est d’ordre religieux, et qu’elle n’est ni d’ordre politique, ni d’ordre économique ou social, a-t-il souligné. Mais justement, de cette mission religieuse découlent une fonction, des lumières et des forces qui peuvent servir à constituer et à affermir la communauté des hommes selon la loi divine. »

Ainsi, « à la veille de l’élection du Président de la République de notre pays, nous nous faisons le devoir de rappeler à tous nos concitoyens que la guerre n’est pas une fatalité et que nous pouvons toujours conduire ce processus dans les règles de l’art, c’est-à-dire dans le respect de la Loi fondamentale, dans la concertation et le consensus autour des procédures, dans le respect de la dignité de chacun ».

Un second mandat pour le bureau sortant

L’Assemblée plénière s’est tenue du 26 au 30 juillet à Yamoussoukro. Elle a permis au président sortant de la Conférence des évêques de faire le bilan de son triennal. Mgr Ignace Bessi, évêque de Katiola (nord) en fin de mandat, a dit sa « gratitude à tous ceux qui, avec moi, archevêques ou évêques, ont partagé longtemps de lourdes responsabilités », confiant que son « passage à la tête de la Cecci en tant que Président a été pour moi l’une des plus belles et enrichissantes expériences de ma vie ». L’évêque de Katiola, qui a été élu en mai 2017, a souhaité une Église en communion et financièrement autonome, avant de présenter son bilan autour de « la structuration, le fonctionnement et les investissements de la Conférence épiscopale ».

Les évêques et archevêques de Côte d’Ivoire ont unanimement réélu Mgr Ignace Bessi à la tête de la Conférence pour un second mandat de 3 ans, de même que son vice-président Mgr Jean Jacques Koffi oi Koffi, l’évêque de San-Pedro. A lire: En Côte d’Ivoire, le président de la Conférence des évêques sera élu cette semaine

Appel à candidature pour la « La Voix de l’Évangile »

Plusieurs commissions épiscopales ont été réaménagées avec l’entrée de nouveaux évêques, Mgr Bruno Yédo, l’évêque de Bondoukou (est) et Mgr Jacques Ahiwa, nouvel évêque auxiliaire de Bouaké (centre) en attente de son ordination épiscopale.

En ce qui concerne « La Voix de l’Évangile », la radio nationale catholique, qui connaît des difficultés, les évêques ont décidé de lancer un appel à candidature « ouvert aux prêtres et aux laïcs » pour la nomination d’un directeur. Lancée le 2 février 2001, la radio de la conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire était jusque-là dirigée par des prêtres.

Guy Aimé Eblotié