En Côte d’Ivoire, le président de la Conférence des évêques sera élu cette semaine


Les évêques catholiques ivoiriens se réunissent du 26 au 31 juillet pour la 116e Assemblée plénière de la Conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire. Cette dernière rencontre de l’année, reportée à cause de l’épidémie de coronavirus, verra l’élection du nouveau président de la conférence des évêques et des autres commissions épiscopales.

Les fidèles catholiques ivoiriens connaîtront, cette semaine, les noms du président de la conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire, des présidents des autres commissions épiscopales, et des directeurs nationaux de certaines institutions catholiques.

Depuis le 26 juillet et jusqu’au 31 juillet, l’épiscopat ivoirien se réunit au centre diocésain de Yamoussoukro, la capitale de la Côte d’Ivoire, pour la 116e Assemblée plénière de la conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire (cecci). « Cette assemblée était initialement prévue au mois de mai à Yopougon (sud). Mais pour des raisons évidentes de crise sanitaire mondiale qui n’a pas épargné notre pays, ce rendez-vous important, le dernier au titre de l’année 2020, n’a pu se tenir », explique le père Emmanuel Wohi Nin, le secrétaire général de la Cecci.

Au cours de l’année civile, les évêques catholiques ivoiriens tiennent trois assemblées plénières. La première, qui a lieu en janvier, est consacrée aux questions pastorales, la seconde au mois de mars, traite de la vie du clergé et des séminaires et la dernière Assemblée plénière, au mois de mai, concerne les rapports d’activité des institutions nationales sous sa responsabilité.

Élection du président de la Cecci

La réunion qui se tient à Yamoussoukro « est spéciale en raison de son caractère électif, puisque le mandat de son président en exercice, Mgr Ignace Bessi, évêque de Katiola et administrateur apostolique de Korhogo, arrive à expiration », précise le père Wohi Nin. « Quand l’élection du nouveau président a lieu, on élit également les présidents des commissions épiscopales et l’on nomme des secrétaires exécutifs nationaux si besoin est », a-t-il ajouté.

A lire: En Côte d’Ivoire, l’élection du président de la conférence épiscopale reportée

L’évêque de Katiola, dans le nord de la Côte d’Ivoire fera son bilan triennal. C’est en mai 2017 qu’il a été élu à la tête de Conférence des évêques pour un mandat de 3 ans. Il succédait à Mgr Alexis Touably Youlo, l’évêque d’Agboville (sud) qui bouclait un deuxième mandat de 3 ans. Selon les textes de la conférence des évêques catholiques de Côte d’Ivoire, le président est élu pour un mandat de 3 ans renouvelable une fois. Il en est de même pour les autres présidents de commissions épiscopales, ainsi que des secrétaires exécutifs nationaux.

Examen des rapports

Comme toutes les dernières assemblées de l’année civile, cette rencontre de l’épiscopat sera essentiellement consacrée à l’examen des rapports des 14 commissions épiscopales chargées de susciter et d’orienter leur pastorale commune dans les domaines qui leur sont propres.

D’autres sujets d’intérêts feront en outre l’objet d’échanges et de décisions a assuré le secrétaire général de la Conférence, « notamment le bilan financier du conseil pour les affaires économiques, l’académie catholique, les médias catholiques, l’enseignement catholique, l’examen de la situation sanitaire, sociale et politique ».

Guy Aimé Eblotié, à Abidjan