J.K.Rowling, «mère d’Harry Potter» accusée de «transphobie»

Depuis le début du mois de juin, l’auteure d’Harry Potter est accusée de «transphobie» par certaines personnes LBGTI. La britannique J.K.Rowling a en effet publié un tweet ironique le 6 juin laissant entendre que seules les femmes pouvaient être menstruées.  

Elle a ainsi commenté un article de Devex, qui appelait à « créer un monde post-Covid-19 plus égal pour les personnes qui ont leurs règles». «Je suis sûre qu’il y a déjà eu un mot pour décrire ces gens. Aidez-moi. Wumben ? Wimpund ? Woomud ?» , a écrit J.K.Rowling, faisant mine de  chercher le mot anglais pour femme, woman. Dans d’autres messages elle a souligné que c’est le sexe biologique qui définit la femme. Ces propos ont sucsité l’indignation de fans d’Harry Potter, déçus que l’auteure de leur héros de jeunesse ne soit pas aussi «ouverte à la diversité» que l’univers qu’elle a crée. 

Dès la sortie du premier livre en 1997, J.K.Rowling et Harry Potter avaient suscité la controverse, mais pour d’autres raisons.  De nombreux chrétiens avaient accusé la romancière et son apprenti sorcier de promouvoir l’ésotérisme et la magie. Fait peu connu, la britannique s’est de son côté toujours présentée comme chrétienne. «Oui, je le suis» (chrétienne, ndlr) avait-elle répondu lors d’un entretien en 2000. «Cela semble offenser la droite religieuse bien plus que si je disais que je pensais qu’il n’y avait pas de Dieu.» Elevée dans la tradition anglicane, l’auteure est aujourd’hui membre de l’Eglise d’Écosse.

The post J.K.Rowling, «mère d’Harry Potter» accusée de «transphobie» appeared first on Evangeliques.info.