La crise économique due à la COVID-19 plonge des millions d’enfants dans la pauvreté

Selon les chiffres communiqués par l’organisation humanitaire évangélique World Vision, les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 affectent cruellement les populations fragilisées et en particulier les enfants dans 24 pays d’Amérique latine, d’Afrique subsaharienne et d’Asie. The Christian Post communique ces données préoccupantes et fait état de 110 millions d’enfants touchés par la faim et 8 millions réduits au travail, dans des condition d’extrême précarité.

D’autres organisations internationales telles que World Food Program et les Nations Unies avaient annoncé l’impact de la COVID-19 sur les populations, avec un accroissement de la pauvreté, de la faim et des violences. «La COVID-19 affecte déjà les parents et les pourvoyeurs de soin dans leur capacité à répondre aux besoins des enfants», rapporte World Vision dans un rapport intitulé Out of Time. «Sans une action urgente, ceci ne peut que s’aggraver étant donné qu’un enfant sur deux, sur deux milliards d’enfants dans le monde, vit dans une situation de pauvreté» ajoute le rapport.

La perte d’emploi engendre le travail des enfants et un accroissement des violences domestiques

Les données de World Vision montrent également qu’un tiers des 14’000 ménages répartis dans neuf pays d’Asie ont déjà perdu leur revenu et leur travail depuis le début de la pandémie de Coronavirus. Les familles dépendent de petits boulots journaliers, extrêmement précaires. La plupart des foyers ne possèdent aucune provision au-delà d’une semaine et souvent moins.

En conséquence, la nécessité expose les enfants à la mendicité et au travail. Selon The Christian Post, c’est le cas de 34% des familles du Bangladesh. Dans les bidonvilles de l’Inde, 40% des personnes interrogées rapportent un accroissement des violences domestiques dues aux privations.

En Afrique, les répondants de World Vision observent une nette baisse des achats de nourriture saine en raison des difficultés économiques.

L’Amérique latine est également fortement touchée, en particulier les réfugiés. «Au Chili, 82% des personnes interviewées disent avoir de sérieux problèmes pour obtenir de la nourriture, au Venezuela, 70% n’y ont pas accès, ce qui implique que les enfants au-dessous de l’âge de cinq ans encourent un risque élevé de malnutrition», explique le rapport.

Des projections alarmantes

Selon une projection des Nations Unies, 66 millions d’enfants supplémentaires pourraient tomber dans une pauvreté extrême à cause de la crise de Coronavirus, ceux-ci s’ajoutant au 385 millions d’enfants déjà touchés l’année dernière. Plus dramatiques encore sont les prévisions du journal The Lancet qui prévoit 1,1 millions de morts d’enfants dans les six mois à venir en raison de la faim.

Une aide d’urgence nécessaire

En réponse à cette situation de crise, World Vision a lancé une campagne de dons et libéré 350 millions de dollars en mai dernier afin de venir en aide à près de 72 millions de personnes au travers du rôle-clé joué par les pasteurs.

«C’est la plus large réponse globale de nos 70 ans d’histoire», a expliqué le président de World Vision. «Nous travaillons dur afin de récolter les fonds dont nous avons besoin pour servir les plus vulnérables.»

D’autres organisations chrétiennes parmi lesquelles Compassion, StopPauvreté ou Medair luttent contre vents et marrées afin de répondre aux besoins des victimes de cette pandémie de par le monde.

The post La crise économique due à la COVID-19 plonge des millions d’enfants dans la pauvreté appeared first on Evangeliques.info.