L’épiscopat américain lance un dialogue d’un an avec les jeunes


Samedi 25 et dimanche 26 juillet, 300 personnes, dont 30 évêques, se sont rassemblées virtuellement pour lancer un processus de dialogue d’un an entre l’épiscopat et les jeunes américains sur des sujets de fond, en particulier autour de la diversité culturelle.

Une première rencontre en ligne pour « renouer le lien » avec la jeunesse américaine. En présence du nonce apostolique aux États-Unis, Mgr Christophe Pierre, près de 300 personnes – dont trente évêques – ont virtuellement lancé, samedi 25 et dimanche 26 juillet, un processus de dialogue d’un an avec les jeunes sur des sujets de fond, en particulier autour de la diversité culturelle.

→ À LIRE. Quand l’Église prend un coup de jeune

Inspiré par l’encyclique Christus Vivit du pape François en 2019, l’objectif de ces consultations est de « faire progresser activement l’engagement de l’Église auprès des jeunes », selon un communiqué de l’épiscopat.

Programme d’un an

L’initiative ambitionne de « rencontrer, écouter, s’impliquer, collaborer et célébrer toutes les cultures » pour « discerner les réponses adéquates et réalisables pour identifier les besoins des jeunes » de tous les milieux.

En charge des questions de diversité pour la conférence épiscopale américaine (USCCB), l’archevêque de Philadelphie (Pennsylvanie) Mgr Nelson Perez a déclaré, mercredi 22 juillet, qu’il voyait là « une chance pour dialoguer avec les jeunes et que cela serait un enrichissement mutuel ».

Mort de George Floyd : les évêques américains s’élèvent contre le racisme

Bousculé par la crise sanitaire du Covid-19, le comité d’organisation de l’USCCB a décidé de prolonger les consultations qui se tiendront toute l’année. Initiés en novembre 2019 lors d’un rassemblement de la Conférence nationale de la jeunesse catholique (1) à Indianapolis (Indiana), ces temps d’écoute et de rencontres en ligne s’étendront donc jusqu’à un grand rassemblement, espéré vers l’été 2021.

« J’espère que cela pourra nous conduire, l’année prochaine, à avoir une conversation honnête sur ces problèmes [de diversité culturelle, NDLR] et sur d’autres […], et que nous pourrons avancer sur les questions importantes de race, de culture et de vivre-ensemble », a déclaré Mgr Perez, « les évêques sont désireux d’apprendre des jeunes et de ceux qui les accompagnent ».

L’Église américaine et les jeunes

Dans l’encyclique Christus Vivit, le pape exhorte les paroisses et les diocèses à repenser leurs propositions pour les adolescents et les jeunes adultes, à partir des besoins des jeunes. Pour lui, la pastorale des jeunes ne peut être « élitiste », ou seulement se préoccuper de ceux déjà actifs dans la vie de l’Église. Ainsi pour François, l’échange serait facilité si l’on encourageait les jeunes à être des « protagonistes » de l’évangélisation.

Qui sont vraiment les « sans religion » ?

Même s’ils s’en trouvent moins affectés que le reste du monde occidental, les États-Unis sont confrontés à la sécularisation croissante. Le visage de la jeunesse catholique s’y renouvelle, dans le sillage de l’arrivée continue d’hispaniques, mais aussi de fidèles du Pacifique, d’Inde, des Caraïbes ou d’Afrique sub-saharienne. Malgré tout, la part de catholiques dans la population s’érode à la faveur d’autres Églises chrétiennes, et surtout de la catégorie des « nones » : les « sans religions ».

Un écho avec la crise sociale et raciale

Dans sa déclaration du 22 juillet, Mgr Perez a encore assuré que « cette nouvelle initiative de dialogue intervenait à un moment très important dans l’histoire de [la nation américaine], alors que [celle-ci se trouve] confrontée à de sérieuses questions à propos du racisme, avec un appel constant et significatif à une réforme sociale, dans un mouvement [Black lives matter, NDLR], porté par des jeunes à travers le pays et tout autour du monde ».

Henri Pflieger

(1) Grand rassemblement tous les deux ans de jeunes catholiques, pendant trois jours, autour de musiques, prières et liturgie.