Les laïques consacrées de Communion et libération sous tutelle du Vatican


N’ayant pas répondu, depuis deux ans, au souhait du Saint-Siège de modifier leurs statuts, les Memores Domini sont placés sous la responsabilité d’un délégué pontifical, le père Ghirlanda.

Le cardinal Kevin Farrell, préfet du dicastère pour les laïcs, la famille et la vie, a désigné le jésuite et canoniste Gianfranco Ghirlanda, ancien recteur de l’Université pontificale grégorienne, comme délégué apostolique des Memores Domini, la branche des laïques consacrées du mouvement Communion et libération.

Lors d’une rencontre, le 26 juin 2020 au dicastère, et racontée en détail par le vaticaniste Aldo Maria Valli, le cardinal Farrell aurait partagé aux responsables des Memores Domini l’inquiétude du Saint-Siège devant « la préoccupante suspension de la vie associative » de leur mouvement.

Il a également rappelé que son dicastère « a exhorté à plusieurs reprises la présidente, depuis le 29 mai 2018, à procéder à la modification de certaines règles contenues dans le directoire et à une réforme du statut » mais qu’« aucune proposition de révision n’était pas parvenue au Vatican ».

Quatre « Memores Domini » au service de Benoît XVI

En accord avec le pape François, il a donc nommé le père Ghirlanda délégué pontifical de l’association de fidèles pour « la guider dans le processus de révision du directoire et des statuts et, dans le même temps, régler certains problèmes associatifs déjà signalés par le dicastère ».

Les Memores Domini ont été créées en 1964 par d’anciennes étudiantes milanaises liées au fondateur du mouvement Communion et libération Don Luigi Giussani, qui souhaitaient mener de front une vie contemplative et apostolique. Elles rassemblent aujourd’hui 1 600 membres dans 32 pays et quatre d’entre elles assurent depuis de nombreuses années le service de Benoît XVI.

« Accueillir avec docilité et un esprit ecclésial la voix de l’Église »

En 2005, à la mort de Don Luigi Giussani, le père Julian Carron était devenu l’assistant spirituel des Memores ainsi que le président de Communion et libération, imprimant, selon l’agence Askanews « un style plus spirituel et plus militant du passé, créant pas mal de mécontentement » au sein du mouvement.

Il y a environ un an, le mécontentement de la « vieille garde » de Communion et libération aurait amené à remettre en cause le rôle du père Carron comme assistant spirituel des Memores, poussant le Vatican à intervenir.

En janvier dernier, le pape avait d’ailleurs lui-même écrit à la présidente des Memores Domini pour lui demander « d’accueillir avec docilité et un esprit ecclésial la voix de l’Église, qui est chargée de veiller au bon exercice des charismes ».

Mouvement de remise en ordre

Cette décision du Vatican intervient en même temps que le Saint-Siège semble vouloir, depuis quelques années, remettre de l’ordre dans les communautés nouvelles de toutes tendances.
Outre les Légionnaires du Christ – dont le père Ghirlanda est déjà le conseiller canonique imposé par le Vatican depuis 2014 après avoir inspecté le mouvement de laïcs Regnum Christi – sous surveillance depuis plusieurs années, le Saint-Siège est récemment intervenu dans le mouvement de laïcs latino-américain Sodalicio, les Hérauts de l’Évangile, ou encore le monastère de Bose.

Nicolas Senèze, à Rome