Le FOMECAF a lancé lundi 23 novembre 2020, la troisième édition de la formation du Forum des médias chrétiens d’Afrique francophone (FOMECAF). Lors de son allocution à la cérémonie d’ouverture, le ministre de la communication a encouragé les acteurs des médias des radios confessionnelles à viser l’excellence en matière de communication. 

« L’information est une richesse et une arme », a lancé Akodah Ayewouadan, le ministre de la communication, dans le discours qu’il a prononcé lors de la cérémonie d’ouverture de Lomé 3. Celui qui fait aussi office de porte-parole du gouvernement s’est dit « séduit par le thème de la convergence des médias abordé par la semaine de formation du Forum des médias chrétiens d’Afrique francophone (FOMECAF), parce qu’il permet de promouvoir une excellence en matière de communication ».

Du 23 au 27 novembre, la formation Lomé 3, mise en place par le FOMECAF et Radio Réveil, rassemble une cinquantaine de journalistes, d’animateurs de techniciens et de directeurs de radio pour aborder le thème de la « Convergence des médias et de la polyvalence des métiers ».

Reconnaissance pour un travail de qualité

« Ce qu’il est important de mettre en exergue, a ajouté Akodah Ayewouadan, c’est le travail de qualité effectué par les radios confessionnelles, notamment sur le plan citoyen. » Le ministre a exprimé sa reconnaissance pour la diffusion de messages de prévention dans le cadre de la pandémie de covid. Il a aussi encouragé les acteurs des médias chrétiens à « ne pas faiblir, à continuer à se former et à former les nouvelles personnes qui entrent dans leurs activités radio. Nous avons la responsabilité, a-t-il ajouté, de maintenir un niveau d’exigences élevé, parce que les dérapages ne sont jamais très loin. »

Au cours de cette cérémonie d’ouverture, le président du Conseil chrétien du Togo, le pasteur Djakouti Mitré, s’est réjoui de la tenue de cette formation dans la capitale togolaise et il a prié pour la réussite de la manifestation.

Appel à la démocratisation d’internet

« Le smartphone d’avant-dernière génération permet au journaliste africain d’exercer pleinement son métier de journaliste, que ce soit en presse écrite en radio, en TV et sur le web ». C’est le plaidoyer qu’a adressé aux participants, Emmanuel Ziehli, le directeur de Radio Réveil, coorganisateur de Lomé 3. Pour illustrer son propos, il a offert symboliquement à une étudiante en journalisme de l’Université de Dakar un smartphone issu de l’économie circulaire, accompagné d’un clavier pliable. Il a en outre appelé les autorités à investir dans l’économie numérique, notamment la connexion aux grands câbles optiques sous-marins de l’Ouest africain. Il a encore insisté sur la création de centre de données neutres, hors de tout modèle économique et aptes à servir l’internet gratuitement aux institutions étatiques, scolaires et humanitaires.

Une formation également disponible en ligne La cinquantaine de participants sont issus de douze pays de la sous-région : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Mali, Niger, Sénégal, Tchad et Togo. Au vu des circonstances liées à la pandémie de covid-19, cette troisième édition offre aux acteurs des médias qui n’ont pas pu effectuer le déplacement de suivre cette formation via les réseaux sociaux.