Mgr Melchisédech Sikuli Paluku, évêque de Butembo-Beni, dans l’est de la RD-Congo a reçu mardi 18 mai, sa première dose du vaccin Astrazeneca contre le Covid-19. L’occasion pour lui d’encourager les populations à se faire vacciner dans ce pays où la campagne de vaccination est poussive.

« Vu la charge pastorale qui m’est confiée, je devais me faire vacciner parce que je voyage beaucoup et je suis en contact avec beaucoup de personnes à qui j’accorde des audiences ou avec celles qui reçoivent différents sacrements de mes mains », a réagi Mgr Melchisédech Sikuli Paluku après avoir reçu la première dose du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus.

L’évêque de Butembo-Beni, dans l’Est de la RD-Congo estime également qu’il lui incombe de se protéger « pour mieux protéger les autres ». Dans ce pays d’Afrique centrale ou la campagne de vaccination lancée le 19 avril n’attire que très peu de personnes (moins de 10 000 vaccinés en un mois), Mgr Melchisédech Sikuli Paluku se veut rassurant : « Le vaccin n’a rien laissé comme séquelle dans mon corps. Après l’avoir reçu, je me sens bien ».

Méfiance

Le 2 mars 2021, la République démocratique du Congo avait reçu un premier lot de 1,7 million de doses du vaccin AstraZeneca.

La campagne de vaccination qui devait commencer le 15 mars avait été suspendue en attendant les conclusions des études sur ce vaccin. Certains pays avaient, en effet, fait état de troubles de la coagulation sanguine chez certaines personnes qui avaient reçu une dose d’AstraZeneca. Une information qui a décuplé la méfiance de la population sur ce vaccin.

A lire : Insécurité en RDC: Mgr Sikuli encourage ses diocésains

Fin février, une rumeur de vaccination forcée contre le Covid-19 dans des écoles de Bukavu (Est) avait, d’ailleurs provoqué un vent de panique. Des parents s’étaient rués dans les établissements scolaires pour récupérer leurs enfants. Chez ces derniers, c’était également la débande générale. La rumeur avait rapidement été démentie mais elle traduit la forte méfiance des populations congolaises envers les vaccins fortement nourrie par des vidéos complotistes devenues virales.

Informations complémentaires prises sur le vaccin Astra Zeneca, le ministère congolais de la santé avait finalement lancé sa campagne de vaccination le 19 avril. Mais celle-ci n’attire toujours pas les masses. La RD-Congo a d’ailleurs dû donner une grande partie des doses de vaccins reçues puisqu’elles expirent en juin.

Lucie Sarr