Sainte-Sophie : la présidente grecque demande au pape d’alerter l’opinion publique


Lors d’un échange avec le pape François, lundi 20 juillet, la présidente grecque Katerina Sakellaropoulou l’a remercié pour ses propos sur la décision turque de convertir l’ancienne basilique Sainte-Sophie en mosquée et lui a demandé de continuer à user de son influence sur ce sujet sensible.

La décision du président turc Recep Tayyip Erdogan de transformer à nouveau l’ancienne basilique Sainte-Sophie en mosquée suscite toujours l’émotion. Elle a été au cœur d’un échange à l’initiative de la présidente de la République de Grèce Katerina Sakellaropoulou avec le pape François, lundi 20 juillet.

La présidente grecque – première femme à occuper cette fonction – élue en mars, a d’abord exprimé sa profonde affliction après la décision concernant un grand symbole chrétien qui appartient à l’humanité et au patrimoine culturel mondial.

De même, elle a souligné selon des propos rapportés par Orthodox Times, que cet acte, qui ne peut se résumer à une affaire intérieure à la Turquie, éloigne ce pays « des valeurs de laïcité et des principes de tolérance et de pluralisme » et doit, d’après elle, être fermement condamné par la communauté internationale.

Engagement du pape

En ce sens, elle a remercié le pape pour ses déclarations de soutien. Lors de l’Angélus, dimanche 12 juillet, il était sorti de son texte pour dire combien il était attristé par la décision turque : « Je pense à Sainte-Sophie et je suis très affligé. » Mais Katerina Sakellaropoulou a demandé au pape François d’utiliser toute son influence pour sensibiliser l’opinion publique mondiale sur le sort de Sainte-Sophie et tenter de faire changer d’avis le président turc.

Selon Orthodox Times, François aurait reconnu les motifs politiques de la décision du président Erdogan et laissé entendre qu’il allait poursuivre ses efforts sur la question épineuse de Sainte-Sophie. Par ailleurs, le pape aurait également tenu à saluer les efforts de la Grèce dans l’accueil des réfugiés, lui qui s’était rendu sur l’île grecque de Lesbos en avril 2016.

La présidente de la République hellène a également profité de cet échange pour inviter le pape François à se rendre en Grèce en 2021, une année marquée par la célébration du bicentenaire de la révolution grecque de 1821. François aurait accepté l’invitation sous réserve que les conditions soient remplies pour permettre cette visite.

Arnaud Bevilacqua (avec Orthodox Times)