Tous les dimanches, La Croix Africa reprend un commentaire d’évangile du « Prions en Église Afrique », le missel de prière édité par Bayard Africa. La méditation de ce jour vient du Père Georges HOUSSOU, Assomptionniste à Lomé au Togo.

La grande prière de Jésus, alors qu’il passe de ce monde à son Père, nous laisse perplexe : « mes disciples ne sont pas du monde, de même que moi je ne suis pas du monde ». Or, nous savons que « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique. » Si Dieu aime le monde, comment le disciple du Fils de Dieu ne devrait-il pas appartenir à ce monde ? Si Dieu envoie son Fils dans le monde, comment le disciple du Fils de Dieu pourrait-il choisir de le fuir ? Pour comprendre cette provocation, il convient de bien regarder comment Jésus se comporte tout au long de l’Évangile. Il ne fuit absolument pas ce monde mais d’un autre côté, il est bien souvent un signe de contradiction. Les lépreux, les malades, les pécheurs, les étrangers, il les approche, il les touche, tandis que les pharisiens et les publicains qui se croient les gens bien ne veulent même pas le voir.

Ainsi, si nous sommes envoyés dans le monde, c’est pour que nous soyons porte-parole de celui qui nous envoie : le Christ. Nous sommes porteurs de la parole qui vient de lui. Nous sommes « envoyés dans le monde », mais appelés à avoir d’autres valeurs de référence que celles en vigueur dans le monde : « Garde-les du mauvais ; ta Parole est vérité ». Avec la conviction que c’est dans notre unité que nous pouvons trouver la joie. Jésus ne cesse de rassembler les différences. Lorsqu’il y a un vide, qui constitue un handicap à l’unité, il convient de le compléter. Dans la première lecture, les frères veillent au remplacement de Judas par l’élection de Mathias. Il faut « que sa charge passe à un autre » qui deviendra, avec eux, « témoin de la résurrection ». Jésus continue à le faire aujourd’hui par la puissance de l’Esprit Saint. D’ailleurs, ce dimanche est tout orienté vers l’attente de l’Esprit Saint. C’est Lui qui nous donne la force d’aimer et de faire l’unité pour rendre Dieu visible.

Prions pour qu’une nouvelle Pentecôte se lève sur l’Église par la multiplication de ses apôtres et par la croissance de la charité dans le monde. Et nous qui sommes appelés à suivre le Christ, demandons la grâce pour être, non pas du monde, mais dans le monde comme des êtres libres, porteurs de la parole de Dieu et pôles d’unité dans notre monde de plus en plus fracturé.

Père Georges HOUSSOU,
Assomptionniste à Lomé (Togo)