A l’occasion de la journée internationale de commémoration des personnes victimes de la violence en raison de leur religion ou de leurs convictions du 22 août, le Réseau évangélique suisse (SEA-RES) appelle à ne pas rester silencieux face à la montée des violences contre les minorités religieuses. Cette du 22 août a été consacrée par l’ONU pour promouvoir la protection des droits de l’homme des membres des minorités religieuses, y compris leur droit d’exercer librement leur religion ou leur conviction.

En cette année 2020, le RES alerte de la situation particulièrement dégradée envers les croyants et les communautés religieuses. En Inde notamment, les persécutions sont en hausse. L’Alliance évangélique a recensé «135 cas de lynchage, d’exclusion de communautés et de perturbation de services religieux» durant le premier semestre 2020. En cause, le confinement qui a isolé et privé d’aide judiciaire les victimes et le gouvernement national qui « ferme l’oeil sur la violence contre les minorités et alimente la haine communautaire », rapporte le Réseau évangélique suisse.

Mettre l’Inde face à ses responsabilités

Linus Pfister, président du Groupe de travail pour la liberté religieuse du Réseau évangélique suisse SEA-RES, n’hésite pas interpeler au plus haut niveau de l’Etat : «face à cette violence au nom de l’hindouisme, la Suisse devrait clairement mettre le premier ministre indien Modi face à ses responsabilités».  Le lancement d’une campagne de sensibilisation est prévu cet automne. En clôture, un grand rassemblement sous la devise suivante: «Nous ne nous taisons pas», aura lieu le 19 juin 2021, sur la Place fédérale à Berne.

L’Algérie, Cuba et le Pakistan sont aussi recommandés aux prières des chrétiens, à l’occasion du Dimanche de l’Église persécutée. Un rendez-vous annuel organisé par l’ONG Portes Ouvertes, le deuxième et troisième dimanche de novembre.

The post Suisse : le RES appelle à ne pas rester silencieux face aux violences contre les minorités religieuses appeared first on Evangeliques.info.